« Ship first, fix later » une logique industrielle incontournable ?

Comme le philosophe Michel Puech le soulignait dans son ouvrage homo sapiens technologicus (1) l’homme moderne fait corps avec son environnement et la technologie fait partie de cet environnement. Lorsqu’il grandit, il apprend le monde par tâtonnement et par découvertes successives; par la somme d’expériences ratées et réussies. Il trace ainsi des voies d’usages de la technologie comme nos ancêtres traçaient des sentiers dans la forêt. Ces usages sont issus des propositions faites par la technologie, mais dérivent de proche en proche pour s’éloigner parfois radicalement des fondements initiaux.
Dès la fin des années 60, le complexe militaro scientifico industriel (2), perfusé essentiellement de crédits militaires sur fond de guerre froide et de crainte d’une attaque nucléaire des centres de communication, constituait le réseau ARPANET, ancêtre d’internet. Quatre décennies plus tard, internet semble constituer une nouvelle révolution industrielle et proposer un espace où la vie s’exprime sous d’autres formes.
Ces usages loin d’être prévisibles à priori se sont construits pas à pas et il semble que dans l’univers numérique, les évolutions sont encore plus rapides.

Le réseau social Facebook, initialement réduit à la création de pages individuelles reliant les amis entre eux, est devenu une plateforme à lui tout seul d’où l’on peut jouer, acheter et visiter le web sans sortir de l’environnement de la firme.
Les services à succès de l’univers numérique partagent un procédé de fabrication, illustré par la maxime « ship first, fix later «  traduite par: « envoi d’abord, répare ensuite «  qui explique les extraordinaires évolutions des outils informatiques (3). Des logiciels, dits en bêta étaient mis en service, mais gardaient cette appellation le temps que les bugs de jeunesse soient réparés. Aujourd’hui, on voit cette appellation disparaitre tant ce sont tous les services proposés qui sont susceptibles d’être transformés parfois radicalement au grès du succès de telle ou telle fonctionnalité. Chaque clic fait par les utilisateurs est soigneusement noté. Les statistiques, une fois exploitées, mettent en avant ce qui rencontre un succès d’usage et en retrait ce qui n’est pas utilisé par les utilisateurs. Cette plasticité revendiquée permet d’adapter le service aux usages réels des utilisateurs. Mais bien évidemment, les aspects stratégiques ne sont pas en reste et les éditeurs ne mettent en avant que les usages susceptibles de favoriser ou de préserver leur modèle économique, au risque parfois de chagriner des usagers. Ceux-ci par leurs contributions minimes, invisibles, et multiples, contribuent à changer le monde au sein duquel ils évoluent. On retrouve ici un procédé classique des grands médias comme la télévision dont les diffuseurs adaptent aussi les programmes presque en temps réel avec les niveaux d’audiences. De là à dire que le Web est un média, il n’y a qu’un pas. Il n’est pas anodin de constater que dans les deux cas, le gratuit et le financement par la publicité sont des fondamentaux économiques majoritaires. Les grandes plateformes internet (Google, Facebook …) rivalisent elles aussi d’ingéniosité pour garder les utilisateurs captifs comme les chaines de télévision souhaitent empêcher leurs téléspectateurs de changer de chaine et leur proposent toujours plus de contenus diversifiés (info, jeux, fictions…).

Imaginez maintenant un service internet médical, utilisé par tous, patients et professionnels dont la logique de développement serait analogue. Les caractéristiques du service seraient susceptibles de changer à tout moment en fonction des succès ou échecs de fonctionnalités proposées, ou en fonction des opportunités stratégiques de ses dirigeants. Ne voyez-vous pas un risque ? De voir disparaitre une fonctionnalité bien utile à une minorité au profit d’une simplicité destinée à séduire le plus grand nombre ? Ou le risque de voir une «usine à gaz » construite pour satisfaire tout le monde, mais trop complexe pour être adoptée à grande échelle ?

C’est toute la difficulté du dossier médical personnel (DMP). La recette du succès des plateformes grand publique ne pourra pas y être appliquée sans difficulté. Il est évident que la proposition technologique initiale sera imparfaite du point de vue des usages. Pourrons- nous seulement adapter l’outil à la vie réelle? Pourrons-nous seulement protéger les usages minoritaires des logiques industrielles ou politiques ?

Pour répondre à ces questions, il semble qu’une voie a été choisie, celle du platformisme (4) . Je vous en parlerais dans un prochain billet, elle n’est pas exempte de question elle aussi bien qu’elle semble pertinente.

1 Homo Sapiens Technologicus – Michel Puesch http://michel.puech.free.fr/pages/0hst.html
2 Evoqué par Valérie Schafer, historienne des réseaux au CNRS, dans l’émissions « Place de la toile », France Culture, le 27/10/12.
3 A. Nelzin, le 31/07/12, Macgénération, article internet http://www.macgeneration.com/unes/voir/131822/-ship- first-fix-later-un-monde-en-beta, consulté le 26/11/12
4 H. Verdier, N Collin, « L’age de la multitude, entreprendre et gouverner après la révolution numérique », ed. Armand Collin