Transparence et universalité

Salvador Dalí, Persistance de la mémoire, 1931

Au début d’une ère technologique, les objets ou artefacts qui la mettent en œuvre coutent chers. On fabrique alors des objets destinés à l’usage d’une grande population. Ensuite ces objets sont perfectionnés et réduits, ils coutent alors moins chers et on les partages avec un groupe de gens plus petit. La miniaturisation évolue encore et la technologie devient personnelle. Enfin, on fait des économies d’échelle importante, la production devient industrielle, l’outil se démocratise et l’adoption devient massive. Enfin, au bout d’un certain temps, la technologie est tellement répandue qu’elle devient naturelle, présente au sein de multiples objets, lieux et comme une simple propriété transparente, on la dit alors pervasive ou universelle.

L’exemple utilisé par Rafi Haladjian (1), pionnier d’internet en France, lors des la conférence TEDxParis 2011 est celui de l’horloge. Du toit des églises (échelle d’une ville) elle devint un objet familial puis personnel (montre) et massif (montre bracelet). Enfin, plusieurs décennies plus tard, voici l’horloge sur les téléphones, les fours, les appareils vidéo et hifi. L’horloge est devenue transparente dans son usage car vous n’avez pas besoin de faire un effort conscient pour savoir l’heure qu’il est, vous savez intuitivement où se trouve l’information autour de vous et vous la consultez sans même vous en rendre compte.

On trouve de multiples exemples de cette évolution « naturelle » des technologies, l’informatique en est un autre puisqu’il y a aujourd’hui des puces et des calculateurs dans la plupart des objets électriques qui nous entourent, dans nos maisons, nos voitures et qu’ils commencent à communiquer entre eux.
Dans le domaine de la communication, nous sommes en 2012 en pleine transition d’une technologie d’un usage massif à un usage pervasif. L’usage du message texte court est devenu massif par l’utilisation des téléphones mobiles dans les années 90 avec le SMS ou Texto. Ce court message de 180 caractères était au départ une simple fonction annexe des téléphones mobiles mais son caractère pratique et économique lui a permis une forte expansion d’usage au point de constituer un véritable enjeu économique et de communication. Aujourd’hui cette forme de message court fait sa transition et devient pervasive en se libérant des téléphones pour aller se loger dans toutes les technologies qui nous entourent. L’usage de Facebook par la fonction statut et commentaires, l’usage de Twitter, et même les e-mails dont la fonction push nous permet une notification instantanée lors de leurs réception et dont on vois la longueur rétrécir dans leurs usages par la simplification du langage et des formes de politesses en sont des exemples. Nous ne sommes pas encore à la transparence réelle dans l’adoption car il nous faut encore souvent réfléchir au moyen que l’on choisis pour communiquer un cours message texte. Mais certains ont déjà fait le paris de cette transparence et l’on vois des objets naitre et permettre de poster des messages en votre nom sur Twitter lorsque vous en faite l’utilisation (2).

On assiste à un phénomène semblant inéluctable ou la société, dans son adoption collective d’une technologie, fait d’un usage personnel, un usage universel puis transparent.
Cette question de la transparence d’utilisation pose cependant plusieurs questions éthiques dans notre rapport avec la technologie et ces usages. La question principale est résumée par Michel Puesch (3) :

La transparence de la médiation technologique recèle un pouvoir d’opacité qui peut aller jusqu’aux formes extrêmes de manipulation.

Car en effet, l’usage d’une technologie, présente entre nous et le monde, transforme notre rapport avec lui. Il est par exemple évident que l’usage du téléphone pour communiquer transforme notre façon de parler et que certains messages visuels ne parvenant pas aux interlocuteurs, certaines conversations seront différentes si elles ont lieu de vive voix ou au téléphone.

Finalement, loin de pouvoir empêcher l’adoption universelle d’une technologie, il semble urgent d’étudier les répercutions qu’elle peut avoir sur le monde et sur nous même dans notre rapport avec lui. Ne pas l’adopter par principe c’est peut être se fermer à ceux qui l’ont fait et l’adopter aveuglément surement accepter d’avancer vers des dangers inconnus.

page2image12240

1 Conférence TEDx Paris 2011 – Rafi Haladjian –

2 Un pèse personne propose de poster votre poids sur twitter automatiquement lorsque vous vous pesez afin de recueillir les encouragements et la pression de votre communauté – http://www.withings.com/fr/balance
3 Homo Sapiens Technologicus – Michel Puesch – http://michel.puech.free.fr/pages/0hst.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *