Pourquoi ce carnet ?

Je fais une thèse sur les usages du numérique par le médecin généraliste. Je suis médecin généraliste et je me place ici dans la peau du chercheur. Quoi de mieux que d’adopter moi même le numérique et ces usages pour les étudier ?

Je suis donc allé voir ce que fonts les chercheurs qui s’approprient le numérique dans leurs recherches et je suis tout naturellement allé à la rencontre des chercheurs en sciences humaines qui ont créé le mouvement digital humanities en France. Un prochain billet reviendra sur ce mouvement de recherche. Mais leur particularité est, non seulement d’utiliser les outils numériques pour faire de la recherche en science humaines, mais surtout d’étudier ces outils, leurs usages ainsi que leurs répercutions sur le monde de la recherche, sur la science et la société.

Parmi leurs usages, celui qui m’a semblé le plus intéressant pour ma propre recherche est le carnet de recherche. C’est un blog sur lequel le chercheur poste régulièrement des billets divers et variés en lien avec son domaine de recherche. Certains carnets sont individuels, d’autres sont collectifs et toute forme de publication est acceptée allant de la simple vidéo intéressante au chapitre de livre en attente de parution.

Par l’adoption de cette forme de rédaction et d’échange au sein de ma recherche j’espère illustrer comment faire l’usage et s’approprier de manière éclairé un outil de recherche.
J’ai donc participé à la non conférence sur les digital humanities intitulée THATCamp 2012 à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) en septembre 2012 dont un atelier traitait de cette question et faisait la critique de cette forme de recherche (1).

J’ai repris ci dessous ce que nous avons dégagé comme grandes particularités de l’écriture ainsi que les question qu’elles soulèvent:

– liberté de style dans la forme d’écriture,
– liberté dans le but recherché par la publication,
– choix d’éditorialisation, de rythme de publication, d’organisation libre – partage de la connaissance,
– nouveau mode d’énonciation et style propre aux blogs scientifiques, -brièveté de l’écriture,
-écriture hyper-reliée,
-écriture pouvant être multimédia,
-une écriture ouverte à tous,
-une écriture sans évaluation préalable à la publication,
-des formes d’écritures assumant la subjectivité,
-une écriture oralisée.

Les questions qui ressortent de ces particularités sont les suivantes:

Quelle est la position de cette forme d’écriture vis à vis de l’écriture académique?
Peut-on dire que cette forme d’écriture est scientifique ?
Quel est l’enjeux communicationel ou conversationnel ?
Comment valoriser le temps et la place que peut prendre la rédaction d’un tel carnet dans le travail ?
Quelle est ou quelle pourrait être la reconnaissance institutionnelle la validation et l’évaluation des pratiques de cette forme de travail scientifique ?
L’écriture sur un carnet de recherche favorise-t-elle la réflexivité ?

Au total on fait ici la critique de l’outil et de son usage, ce qui me semble un préalable méthodologique important à leur adoption. Plus largement la critique logiciel(2) est un domaine qui commence à être étudié avec soin car les usages de ces outils nous donnent un autre rapport au monde.

page2image6824

1 Collectif, « Comment écrire pour un carnet de recherche ? », in THATCamp Paris 2012 (« La Non-Collection ») [En ligne], mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 01 octobre 2012. URL : http://editionsmsh.revues.org/324

2 voir Fuller E., Software Studies: A Lexicon. 2008 Jun 30; Available from: http://mitpress.mit.edu/catalog/item/ default.asp?ttype=2&tid=11476

 


Une réflexion au sujet de « Pourquoi ce carnet ? »

  1. Une réponse de Pierre Mounier faite à l’atelier “Comment écrire pour un carnet de recherche ?“ lors du THATCamp 2012:

    « Fait-on de la science lorsque l’on écrit sur un carnet de recherche ? Je réponds d’emblée à cette question par une nouvelle interrogation : qu’entend-on par faire de la science ? Si l’on pense à la production d’écrits qui participent à la construction de connaissances. Alors la réponse est oui, l’écriture sur un carnet peut être scientifique. Si l’on pense à l’écriture permettant de créer du lien entre des travaux de recherche, au sein d’une institution, d’un groupe de recherche ou entre chercheurs et équipes travaillant sur des thématiques proches, ou encore, de manière décloisonnante et indépendamment des inscriptions institutionnelles, entre disciplines, la réponse est encore positive : la recherche peut se construire, se développer, se tisser, échanger numériquement. Si l’on entend maintenant faire de la recherche sur un carnet de recherche, et y développer les grandes missions de l’université, des institutions de recherche et de ses acteurs (recherche, enseignement et diffusion des savoirs) alors là encore, les billets peuvent permettre une diffusion des connaissances, constituer des ressources pour les enseignements et endosser les enjeux divers des pratiques de communication dans nos pratiques de recherche. Le billet peut ainsi être abordé comme une forme de communication, en contexte, celui des pratiques de recherche. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *