Médecine et numérique : problématique

 Outils - Usages

La communication est au cœur du métier de médecin généraliste médecin de famille. Elle est essentielle à tous les niveaux et à chacune des étapes de la pratique de cette spécialité. Pourriez-vous exercer ce métier sans téléphone, sans boîte aux lettres, sans internet ? N’est-il pas indispensable de parler, d’écrire et de lire pour être médecin généraliste ?

En parallèle nous vivons une révolution des télécommunications.

Révolution spatiale et temporelle d’abord car la technologie nous permet d’échanger instantanément n’importe quelle information sous quelque forme qu’elle soit. L’échelle de temps pour la réalisation d’une tâche de communication est passée d’une semaine, lorsqu’il fallait, par exemple, attendre que le courrier soit dicté, tapé, envoyé, reçu et lu, à une journée le temps d’écrire, d’envoyer, de recevoir et de consulter ses mails.

Révolution qualitative aussi puisque nous passons d’une communication continue (entre un expéditeur et un destinataire) à une communication en parallèle (entre un auteur et ses contacts). Cela est illustré par l’arrivée des réseaux sociaux, où l’information est produite puis diffusée à un ensemble de contacts, et par l’éclosion des systèmes de travail collaboratif en ligne.

Avec ces transformations les attentes des malades ont changé. Quel médecin n’a jamais eu à faire face à l’incrédulité d’un malade lorsqu’une une information datant de trois jours auparavant n’as pas encore été transmise ?

Depuis 1997, l’obligation de la télétransmission des feuilles de soins électroniques est faite aux médecins conventionnés. Aujourd’hui, une majorité des cabinets de médecine générale utilisent l’informatique pour la gestion des données et l’internet pour l’échange d’informations.

C’est dans ce contexte qu’arrive un nouvel outil destiné aux professionnels de santé, le Dossier Médical Personnel (DMP). Plus qu’une base de données de type « dossier médical en ligne » c’est un moyen qui est offert aux utilisateurs d’être les auteurs d’une information et de la partager de façon sélective à un réseau d’autres utilisateurs. C’est aussi un moyen de conserver durablement ces informations numériques, indépendantes de la durée de vie du matériel, par la dématérialisation de l’information précisément.

La rigueur scientifique est de mise dans les usages qui vont être faits de ce nouvel outil médical. La médecine évoluant vers une certification avancée des pratiques, chaque décision fait potentiellement l’objet d’une analyse critique a posteriori tant sur le plan juridique que scientifique. L’affaire du Médiator© a mis en évidence la «  tolérance zéro » de la société française à l’égard des usages médicaux non ou mal validés. Le principe de précaution est devenu une règle et l’Evidence Based Médecine (EBM) pratiquée par la revue Prescrire© a le vent en poupe. Il y a là une évolution de la médecine vers une certification exhaustive des usages. Chaque décision médicale doit être motivée par une analyse précise des données recueillies, et conforme aux règles de bonnes pratiques. C’est le « Primum non nocere » d’Hypocrate. L’adoption de ce nouvel outil passe donc au préalable par une validation scientifique et donc par la recherche.

Au travers de cet outil qui est proposé, se pose en toile de fond la question des usages du numérique en médecine générale. Dans tous les domaines de recherches, en sciences, comme en sciences humaines et sociales, se pose la question des opportunités ouvertes pas les numériques. Autant en tan que matière, que source de donnée quantitatives, qu’en tan que nouveau médium de l’information, et vecteur de communication entres les hommes. La question devient alors vaste et systémique. Dans toutes les spécialités, la recherche avance et adapte ses méthodes à ce nouveau monde numérique dans lequel se sont bien des humains qui évoluent, humain que sont nos patient et que nous sommes nous même, médecins généraliste.

L’outil est inerte, neutre, il ne fait rien, il attend d’être utilisé. Tout au plus il constitue un potentiel en attente d’être réalisé. Un tourne vis peut aussi bien être utilisé pour visser que pour dévisser, il peut l’être pour la mécanique ou la menuiserie, il peut même être utilisé pour tuer. Le tourne vis, en lui même, n’est ni bon ni mauvais, il est pourtant dangereux et vous ne le laisseriez pas dans les mains de votre enfant de 3 ans.

L’outil n’est que l’interface entre notre pensée et monde. C’est l’usage qui est fait de cet outil qui nécessite adresse et apprentissage. C’est l’usage qui engage la responsabilité. C’est l’usage qui nécessite la technique ; la technique étant tout ce que l’homme construit et transmet autour de l’outil dans ce qu’il permet d’usages.

La médecine, science de l’humain, nous enseigne l’usage de techniques et savoirs permettant de soigner. Le savoir médical s’est construit sur l’accumulation de connaissances et d’expérience autour de ces usages permettant de classer un usage comme supérieur à un autre. L’usage de la radiographie est recommandé après certains traumatismes parce qu’il est supérieur à l’usage des 5 sens et de l’interrogatoire du médecin pour diagnostiquer certaines fractures.

Pour valider scientifiquement un usage, on tiendra alors toujours compte du contexte de ce qui existe déjà, de l’indication dans laquelle on souhaite évaluer cet usage et bien sur de tout ce qui est nécessaire à l’opérateur en amont et en aval de l’usage pour le mettre en œuvre correctement.

Le numérique ouvre un nouveau monde de relations entre les être humains et de relations avec nos traces, nos données donc avec nous même. Ce nouveau champ ouvert permet à l’homme d’évoluer dans un nouvel espace duquel le médecin généraliste ne peut pas se tenir à l’écart. De même, ces technologies ouvrent un champ immense d’évolution des usages qu’on peine encore à imaginer mais qui pourrait transformer radicalement le monde que nous connaissons. Toutes les disciplines commencent a se voir transformées par le numérique. De la littérature à la médecine en passant par la musique, ce champ de recherche et d’économie se voit investis par les chercheurs et les industriels.  La plupart découvrent les propriétés particulières du monde numérique et les transformations de paradigmes qui s’y opèrent.  On parle de plus en plus d’une révolution, créant la richesse de certains et la ruine d’autres, la mort de certains usages et la naissance de nouveaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *